Boucherie Cosse



© Sophie Loustau
© Sophie Loustau
Avec son visage fin, ses petites lunettes et son grand tablier blanc, on dirait un ado. Thomas Cosse a pourtant 18 ans et du haut de son mètre soixante-huit, il est fier d’avoir remporté le Prix Rabelais, jeune talent, catégorie boucherie. « C’est une récompense et une reconnaissance de ce métier difficile et mal considéré », déclare-t-il. Son avenir pourrait être tout tracé dans l’accueillante et délicieuse boucherie familiale, de la rue de Charonne mais ce n’est pas son objectif. Trop facile. Thomas a de l’ambition. Il souhaite travailler avec d’autres patrons, les stars du milieu comme Le Bourdennec ou Desnoyer. Puis il aimerait voyager, exporter et tester son savoir sous d’autres cieux où, justement le savoir-faire français en ce domaine est très recherché. Ce n’est qu’après qu’il prendra boutique.
Et pourtant, étant gamin, Thomas Cosse ne se voyait pas boucher. Il rechignait même à aider ses parents. Mais, à quinze ans, il a commencé à faire des stages et s’est inscrit à l’école de la boucherie, Boulevard Soult à Paris, et là, c’est parti : « J’ai tout de suite été intéressé par les sciences et la technologie. J’ai appris le métier dans ses moindres détails. » Et depuis il accumule les prix : premier au CAP en Ile-de-France en juin, premier prix du meilleur apprenti de France… Il a juste échoué pour le titre européen des jeunes meilleurs bouchers, disputé dernièrement en Allemagne, à Francfort. Mais il compte bien se représenter. C’est sûr que deux fois par semaine il doit se lever à 3 h 30 pour aller à Rungis mais il n’en a cure. Valery, son père est fier de son fiston : on le comprend !


Boucherie Cosse
Thomas Cosse
Boucher


106, rue de Charonne
Paris 11e

01 43 70 92 50






      Partager Partager

Lu 737 fois

Nouveau commentaire :
Twitter

cookieassistant.com