Parcheminier végétal - Béatrice RIGAUD



Inspirée par l’Égypte ancienne Béatrice RIGAUD développe et transmet à travers ses créations un savoir-faire ancestral du papier végétal de cuisson mais aussi, par la calligraphie, une connaissance des symboles.

Chaque pièce est unique et réalisée à partir de végétaux (iris sauvage, lin, bambou...) ou de légumes (oignons, poireaux, petits pois, aubergines, choux...).
Chaque papier légume ou végétal nécessite entre 15h et 20h de façonnage ; 3h à 5h de cuisson dans des chaudrons pour 4 à 10 kilos de végétaux.
C'est au prix de ce laborieux processus que naissent ces véritables "parchemins" qui, tel le papyrus, traversent le temps...

 

Parcheminier végétal - Béatrice RIGAUD
Mme RIGAUD
Parchemin végétal

Lieu dit La Maisonneuve
44350 Guérande

02 40 23 70 37


 


Etre fabricant de papier c'est...

L'art de fabriquer le papier est apparu en France au XIV ème siècle alors qu'il avait déjà été découvert depuis de nombreux siècles par les Chinois.
De nos jours, les artisans papetiers, héritiers de la technique de fabrication en vigueur au XVIII ème siècle, perpétuent la tradition du papier à la main.
La première étape nécessaire à la fabrication du papier est la préparation de la pâte. Après avoir récupéré du lin, du chanvre et du coton (à partir du XIX ème siècle) sous forme de chiffons, le papetier procède à leur triage en fonction de leur couleur, de leur épaisseur et de leur niveau d'usure.
Ensuite, il effectue leur délissage, opération consistant à ôter des chiffons tout ce qui n'est pas tissé (boutons, boutonnières, ourlets…).
Puis, il les découpe en lanières et les insère dans une cuve appelée le pourrissoir et dont l'utilité est d'attendrir le chiffon.
La pile à maillets et la pile hollandaise, mises au point à des époques différentes permettent de broyer les chiffons en deux temps : l'opération de défilage consistant à broyer les chiffons de façon grossière, suivie du raffinage de la pâte.
Celle-ci composée des chiffons broyés est ensuite transférée dans une cuve où elle est diluée avec de l'eau et brassée jusqu'à l'obtention d'un mélange homogène.
La dilution détermine le grammage de la feuille, c'est-à-dire le poids du papier en grammes par mètre carré.
De nos jours, le plus souvent, les papetiers ont la possibilité de se fournir en fibres neuves non tissées, sèches ou sous forme de pâte et correspondant à un défilage poussé qui nécessite par conséquent un raffinage adapté à la qualité visée du papier à fabriquer.

©INMA


 



  



Art floral | Art du spectacle | Arts et traditions populaires | Arts graphiques | Arts mécaniques, jeux, jouets | Bois | Cuir | Décoration | Facture instrumentale | HBJO | Luminaire | Métal | Métiers liés à l’architecture | Mode | Pierre | Tabletterie | Terre | Textile | Verre | Autres | Actualités des métiers d'Art


Suivez Cigale TV sur Facebook
Derniers tweets
Glissez votre pub dans le calendrier éditorial 2017: Boucherie TV diffuse des campagnes de spots qui collent à... https://t.co/85xpyjjVQq
Mercredi 25 Janvier - 16:13
Notre commercial Arnaud est à la conquête des allées du @Sirha_Lyon pour #BoucherieTV https://t.co/sOZWjNToem
Mardi 24 Janvier - 17:50